29 décembre 2009

Nouvelle année

Or demain notre pauvre Terre
Qui menace de s'effriter,
Aura sur son dos millénaire
Une année de plus à porter...

Devant la marche impitoyable
Du Temps je perds mon ton frondeur,
Et mon crayon, plus charitable,
Se fait, ce soir, bien moins railleur...

Mon Dieu ! comme ça passe vite
Ces trois cent soixante-cinq jours,
Durant lesquels chacun s'agite.
Et qui nous paraissent trop courts !...

Quand sonne la Nouvelle Année
Madame devant son miroir
S'installe et constate, étonnée :
—"Je suis un peu moins belle à voir !..."

Et Monsieur, penché sur sa glace,
Compte et recompte en soupirant
Les quelques plis qui sur sa face
Attestent la fuite du Temps...

Et tout en retapant leur tête,
Les deux se demandent de quoi
La Nouvelle Année sera faite ?...
—"Eh bien!, mon Dieu! de douze mois !...

"Mes braves gens, et sans vous plaindre,
"Pour vous j'ose les résumer :
— "Cent cheveux gris de plus à teindre,
"Dix rides de plus à farder !..."

(Francis Desroches, Chiq’naudes,
Québec, La Tour de Pierre, 1924, p. 84-87)

Aucun commentaire: