5 juin 2018

Jean-Yves Dupuis


La nouvelle est tombée le 7 mai. Jean-Yves Dupuis est décédé le 29 mars dernier. Écrivain qui avait fait sa place dans les années 80, surtout avec sa Bof génération, il a délaissé  l’écriture pour servir celle des autres,  ces autres dont très souvent l’œuvre avait sombré dans l’oubli.  

Jean-Yves, avec qui j’ai collaboré à quelques reprises, c’est la BEQ. Il a commencé un peu avant tout le monde à numériser les livres du domaine public. La BEQ, c’est 881 volumes dans la collection Littérature québécoise, 1367 volumes dans la collection À tous les vents, 9 volumes dans la collection Libertinage, 433 volumes dans la collection Classiques du 20e siècle, 16 volumes dans la collection Philosophie, 11 volumes dans la collection The English Collection, 76 volumes dans la collection Littérature d'aujourd'hui.

Travail de moine, travail de géant, travail de passionné, piraté sans vergogne par des revendeurs aux quatre coins du globe, son amour de la littérature mérite toute notre admiration, et plus encore, un gros merci. Salut Jean-Yves.  






2 commentaires:

Anonyme a dit...



Bonjour Monsieur Lessard,

Je veux vous remercier d'avoir souligné sur le web le travail de mon conjoint, Jean-Yves. Cette reconnaissance m'a vraiment très touchée et je suis bien placée pour vous dire qu'il le méritait bien. C’est avec acharnement et détermination qu'il a consacré les vingt dernières années de sa vie à la BEQ. Il espérait y travailler encore au moins vingt autres années. Malheureusement, un cancer plus qu'agressif a commencé se manifester les derniers jours de janvier et l'a emporté quelques semaines plus tard. Devant l'adversité, il a démontré un courage indéfectible. Je l'ai admiré aussi pour sa droiture, son intégrité, sa très grande sensibilité et son étonnante intuition.



Bien à vous,



Lucille Marion

Anonyme a dit...

When I first got my computer the BEQ was the site I went to to get all the French classics. Because of Jean-Yves I have improved my French reading 1000 percent. All his editions were impeccably produced, I would say they were beautiful and perfect. Also because of Jean-Yves I gained a much greater respect for the immense culture of Quebec (I am from Toronto). Every week I would eagerly go to the "nouveautes" to see what new books were available. BEQ is his monument and his memory will never be forgotten to all lovers of French Literature.

Will Hauff, Toronto, Canada