22 juin 2018

Les trouble-fête


Sylvain Garneau, Les trouble-fête, Montréal, Éd. De Malte, 1952, 77 pages. (Dessins de Pierre Garneau)

J’ai déjà écrit sur le destin tragique de Sylvain Garneau quand j’ai blogué son premier livre, Objets trouvés. J’ai aussi souligné que les trois éditions de sa poésie, au style d’une autre époque, témoignent de l’intérêt que l’œuvre suscite dans l’institution littéraire. Je n’y reviendrai pas.

Ce recueil compte trois parties.

Amours
Comme le titre l’indique, l’amour est le principal thème. L’amour envisagé, observé de l’extérieur, à travers les yeux d’un enfant, rêvé, désiré, vécu, perdu, l’amour qui inquiète, qu’on cherche à cerner : « Si je l’aimais, je le saurais… ». Finalement, l’amour auquel on ne croit pas vraiment : « C’est doux de savoir que jamais, / Jamais ils ne diront : je t’aime ». Souvent le thème est mis en scène plutôt que traité directement : on se trouve dans un tramway, un café, un cabaret, la maison familiale.

Trompettes
« L’ai-je aimée? On le croit. Ou n’est-il que deux heures / À trois heures, je sais, on n’aime déjà plus. » Ce sont les premiers vers de la deuxième partie. Encore l’amour? Pas vraiment. Cette partie est plutôt constituée d’une série de saynètes qui mettent en scène des personnes aux prises avec leur quotidien, souvent banal, tout compte fait des personnes déçues, un peu tristes, qui rêvent d’évasion. « Le soir, tu rêves aux ruisseaux / Où s’abreuvent les lionceaux. / Tu vois les lys, les herbes folles, / Les grands soleils et corolles. […] Mais, vient le matin, on se lève / Bonjour la vie ! Adieu, les rêves ! »

Palissades
Le premier poème s’intitule « Les trois prisons ». Je cite : « La première prison était dans une ville »; « La seconde prison, en haut de la falaise, / Avait l’air d’un château, sous ses ormes penchés »; « La troisième prison n’a ni mur ni barreaux ». Rien n'y fait, et même l'amour, le poète se sent piégé et il n'a plus qu'une idée, fuir, s'évader vers d'autres lieux qu'ils soient réels ou fantaisistes « Ô murs de mes prisons, ne m’en gardez rancune. / Laissez-les s’effacer, les cœurs et les chansons. / Je m’en vais pour toujours au pays des poissons / Chercher parmi les joncs des pépites de lune ». Ou encore : « Je vais dans un pays sans neige et sans enfants / Plus loin que la montagne, au bout des cimetières ».

Peut-être que la lecture d’un recueil est toujours biaisée, mais encore plus quand on sait que l’auteur va se suicider quelques mois plus tard. On cherche des indices et, forcément, on en repère. Sans qu’il s’y trouve de drames, de plaintes, de désespoirs, une grande tristesse enrobe la plupart des poèmes de Sylvain Garneau.

Du même auteur:
Objets trouvés.

Aucun commentaire: