7 septembre 2018

L’étoile pourpre


Alain Grandbois, L’étoile pourpre, Montréal, L’Hexagone, 1957, 77 pages.

Comme dans ses deux précédents recueils, Grandbois dédie L’étoile pourpre à M. R., soit sa cousine Marguerite Rousseau qu’il va épouser en 1958.

Si on se fie au titre de ses deux recueils précédents, Les îles de la nuit et Rivages de l’homme, on peut dire que Grandbois, le grand voyageur, cherchait un ancrage, une île ou un rivage. De prime abord, cette étoile pourpre peut nous sembler bien mystérieuse. Elle ne peut évoquer un lieu physique. Est-ce à dire que Granbois pousse dans une autre dimension sa recherche de bonheur?

On a déjà une bonne idée du recueil en se penchant sur les deux poèmes les plus représentatifs : « L’Étoile pourpre » et « Noces ». Dans le poème éponyme, Grandbois présente une scène amoureuse dans un climat à la fois de début et surtout de fin du monde. « Au creux des cathédrales détruites / Parmi le chaos des pierres tombales ». C’est dans cette atmosphère plutôt lugubre que parait « [c]elle dont les yeux / Sont peuplés de douceur et de myosotis ». Cette rencontre suscite un grand moment d’exaltation chez le poète : « Je plongeais alors / Jusqu’au fond des âges / Jusqu’au gonflement de la première marée / Jusqu’au délire / De l’Étoile pourpre ». Il  a le sentiment de retrouver le temps premier, délivré de tout stigmate du passé, de pouvoir tout recommencer : « J’étais recouvert / De mille petits mollusques vifs / Ma nudité lustrée / Jouait dans le soleil / Je riais comme un enfant ». Mais avec Grandbois, on flirte davantage avec le désespoir et la mort; cet instant de bonheur lui échappe aussi vite qu’il est apparu : « Je noyais mes désespoirs / Au sombre élan de son flanc ravagé /…/ J’allais triompher / Mes palais soudain s’écroulaient / Aux brouillards de mes mains ».

La démarche est semblable dans le célèbre « Noces », poème d’amour et de mort, sauf que Grandbois nous amène plus loin. Encore une fois, la rencontre amoureuse prend une dimension cosmique. Grandbois décrit un couple fusionnel et sa plongée progressive dans les profondeurs marines. « Nous sommes debout / Debout et nus et droits / Coulant à pic tous les deux / Aux profondeurs marines ». L’amour et la mort, inextricablement liés, ramènent l’homme et la femme au premier temps de l’humanité, aux limites de la vie : « Nous nous enfonçons droits et purs / Dans l’ombre de la pénombre originelle ». Les amants veulent se libérer de toutes contingences terrestres : « Laissons le jour infernal / Laissons les cycles de haine / Laissons les dieux du glaive ». Le moment d’absolu est atteint dans leur fusion dans la mort : « Rigides et lisses comme des morts / Ma chair inerte dans son flanc creux / Nos yeux clos comme pour toujours / Ses bras mes bras n’existent plus ». La plongée se termine ainsi : « Nous plongeons à la mort du monde / Nous plongeons à la naissance du monde ». On peut y voir une fin ou une renaissance mais aussi, pour reprendre une belle expression de Jacques Brault, « un chant de mort à soi-même ». 

Élargissons un peu. Chez Grandbois, il y a le désir, à la fois euphorique et douloureux, du plus haut, du plus loin, du plus profond, d’abord dans l’ordre physique et géographique, mais aussi dans les dimensions spirituelle, philosophique, cosmique. Mais ce désir d’embrasser un univers toujours en expansion ( le « Chant des Absolus ») a comme contrepartie le besoin de s’ancrer sur une île,  un rivage ou une étoile. « L’absolu nous guette / Comme un loup dévorant ». Ou encore : « Les pas des hommes / Ne conduisent jamais nulle part ». L’amour participe de ces deux mouvements, tout comme le voyage. « Tu m’apportais ton baiser d’aube / À goût de crépuscule / Tu préparais ma mort / Avec des doigts minutieux / Et dans leur étonnant silence / Sous la pâleur des étoiles vertes / Le lieu nous fixait pour les temps éternels » (Amour).

L’amour (et sa contrepartie la mort) est le thème sur lequel se développent la plupart des poèmes dans L’étoile pourpre. La poursuite de l’étoile pourpre se confond souvent avec la quête amoureuseGrandbois, après avoir convoqué la terre et le cosmos, le ciel et les océans, termine de façon plutôt prosaïque son recueil : « Nous nous prenions la main / Nous avancions dans la vie / Avec cette quarantaine d’années accumulées / Chacun de nous / Veuf deux ou trois fois / De deux ou trois blessures mortelles / Nous avions survécu par miracle / Aux démons des destructions » (Cris).

On rencontre beaucoup d’images, de symboles, d’adjectifs; dans ses meilleurs poèmes, beaucoup d’ampleur dans les vers et dans la composition; une solennité dans le ton; des passages très lyriques; bref une esthétique déjà rencontrée dans les recueils précédents. Avec moins de rigueur toutefois; j´ai même envie de dire : une esthétique plus baroque.


Alain Grandbois sur Laurentiana

Aucun commentaire: