21 décembre 2012

Bonjour, les gars!


Jean Narrache, Bonjour, les gars ! (vers ramanchés et pièces nouvelles), Montréal, Fernand Pilon, 1948, 202 pages. (Préface d’Alphonse Loiselle)

Le recueil de poèmes est précédé d’une autobiographie de l’auteur intitulé : « Qui est Jean Narrache ? » Il parle de lui à la troisième personne. Voici comment il présente sa démarche : « Jean Narrache a regardé la misère physique et morale. Mais, les miséreux, il ne les a pas trouvés ni ridicules ni grotesques, ni méprisables. Tandis que d'autres se sont complus, ou presque, à creuser davantage pour mieux voir toutes tares physiques et morales, toutes les hideurs hélas ! trop vraies des bas-fonds de notre affreuse ville, Jean Narrache a pris une autre attitude. C'était son droit... et d'autres que moi vous diront s'il a eu tort. Il a vu la misère et la déchéance. Mais à côté de cela, il a vu, en dépit de tout, malgré tout, sous des guenilles, battre des cœurs sains, capables de foi profonde, capables de sacrifices muets quasi surhumains, capables de résignation, capables de tant de choses toutes simples ou toutes sublimes dont tant de cœurs qui battent sous des plastrons immaculés et des corsages fleuris seraient totalement incapables. »

Je vous présente un poème de Noël tiré du recueil, le tout accompagné d’une vidéo.




PENDANT LA MESSE DE MINUIT
J’sus dans l'jubé, contre une colonne,
dans c'p'tit racoin-là y m'voient pas,
mais j'me trouv' ben. J'nuis à personne
pis je r'gard' le mond' qu'est en bas.

J'essay' ben d'faire un bout d'prière
tandis qu'la grand'mess' fil' son train,
mais j'vous assur' qu'j'ai d'la misère,
j'sus distrait pas rien qu'un p'tit brin.

Quiens ! me sembl' que l'p'tit Jésus d'cire
est en vie, qu'i'vient d'me r'garder !
J'aurais ben des chos's à y dire,
ben des affair's à y d'mander...

Si par hasard, fallait qu'tu r'viennes
en vie icit', pauvr' p'tit Jésus,
dans notr' société si chrétienne
j'sais pas trop si tu s'rais ben r'çu.

Notr' monde est pas ben charitable
y t'log'rait pas dans les hôtels,
y t'laiss'rait coucher à l'étable
comm' la nuit du premier Noël.

C'pas pour le pauvre monde honnête
qu'a l'air quêteux, qui paraît mal
qu'les gérants d'hôtels s'cass'nt la tête
au Windsor pis au Mont-Royal.

C'pas les gens rich's de par icite
qui te r'cevraient eux-autr's non plus.
Ces gens-là, quand c'a d'la visite,
c'est du mond' chic qu'a des r'venus.

Pourtant, ceux d'l'aristocratie,
d'vraient êtr' meilleurs pis êtr' plus pieux
que tout l'mond' d'la quêteucratrie,
que tous nous-autr's, les pauvres gueux.

C't'eux-autr's qui sont l'z'heureux d'la terre,
C't'eux-autres qui manqu'nt jamais de rien.
Nous-autr's, on vit dans la misère,
on est tous nés pour un p'tit pain.

Pourtant qui c'qui va à la messe
tous les dimanch's à tous les temps ?
c'est-i' les gens qu'ont d'la richesse
ou ben nous-autr's qu'en arrach'nt tant ?

Qui c'est qui croit pus aux prêtres
quand i's'est fait un peu d'argent,
qui c'est qu'est fra'-maçon, qu'est traître,
c'est-i' nous-autr's, les pauvres gens ?

Y' aura des couronn's su' sa bière,
tout c'beau mond’là, quand i' mourra ;
un enterr'ment d'l’Ugnon d'prières,
nous-autr's, c'est ben l'plus qu'on aura...

J'pense à ça, à soir, pis j'y r'pense...
P'tit Jésus, j'sais ben qu't'as pas tort
vu qu'on aura notr' récompense
un' fois qu'on s'ra rendu d'l'autr' bord...

Dans tous les cas, si, par merveille,
Tu viens qu'à r'venir un bon soir,
viens t'en chez nous ! Moé pis ma vieille,
on s'rait si content d'te r'cevoir.
(p. 191-195)

Aucun commentaire: