20 décembre 2010

La Vie en rêve

Louis Dantin, La Vie en rêve, Montréal, L’Action canadienne-française, 1930, 266 pages.

Le recueil est divisé en deux parties. La première compte six nouvelles plutôt réalistes et la seconde, cinq contes de Noël. Ceux-ci seront republiés, sans les nouvelles, dans Contes de Noël en 1936. « La triste histoire de Li-Hung-Fong », écrite en vers et déjà parue dans Le Coffret de Crusoe, sera remplacée par un nouveau conte intitulé « Réri ».

NOUVELLES

Printemps
Au premier beau jour du printemps, deux jeunes ouvriers, qui attendent le tramway et qui ne se connaissent que de vue, décident de prendre la clef des champs. Ils passent la journée ensemble et, le soir, ils ont décidé de se marier.

Rose-Anne
Armand, en tourisme à Cacouna, tombe amoureux de Rose-Anne, la fille d’un pêcheur. Celle-ci a déjà un amoureux, Julien, ce qui ne l’empêche pas d’être très sensible au charme du jeune étudiant. Les deux se disputent la belle. Lors d’une randonnée sur le fleuve, Armand et Rose-Anne font naufrage, et c’est Julien qui vient à leur secours. Il sauve Rose-Anne mais refuse de voler au secours de son rival qui finit par s’en sortir. Après le sauvetage, Julien se jette dans le fleuve pour regagner la rive à la nage. Il n’y parviendra pas mais gagnera le cœur de Rose-Anne à jamais : « Par un étrange phénomène, Julien mort absorba toutes ses pensées, devint pour elle l'objet d'un culte passionné et attendri. Le rude pêcheur avait pris un moyen violent mais efficace de gagner le cœur qu'il voulait. »

Sympathies
Deux êtres esseulés, mis en contact par le courrier du cœur d’un journal, se découvrent tellement d’affinités qu’ils tombent amoureux. Ils décident de se rencontrer et c’est la catastrophe : tout le charme qu’ils ressentaient l’un pour l’autre s’estompe dès qu’ils se voient. Étude sur les « affinités électives ».

Le risque
Le père Bastien va mourir. Sur son lit de mort, il demande à ses quatre garçons de renoncer à ses biens. Autrefois, il a acquis une terre par tromperie et il voudrait se racheter avant de mourir. Il croit que son salut en dépend. Après consultation avec le curé qui leur dit que ce péché ne lui fera pas nécessairement rater le paradis, ses fils décident de prendre le risque de l’envoyer dans l’au-delà avec sa faute.

La locomotive
Jacques Ferland a perdu sa femme et, à cause de son absence, son travail de conducteur de locomotive. Découragé, il décide de s’étendre sur le rail et d’attendre la mort. Au dernier moment, il change d’idée, mais la locomotive, celle-là même qu’il conduisait, déraille et le « bro[ie] sous son poids énorme. Puis, comme saisie à son tour de la nostalgie de la mort et refusant de survivre à l'ami perdu, elle saut[e], lançant en l'air, pêle-mêle, les débris de sa chaudière, de sa cloche, de ses roues, de ses pistons et de ses bielles. »

Tu tousses ?
Le narrateur a une vilaine toux. Dans le train, une femme d’origine étrangère se retourne à chaque fois qu’il éternue. Elle finit par s’adresser à lui et lui raconter les déboires de son frère, lui aussi malade. Elle enjoint le narrateur à la prudence, lui démontrant beaucoup de commisération, sans le connaître. Plutôt que d’essayer de la revoir, le narrateur juge qu’il vaut « mieux garder en [s]on âme, avec sa grâce de fleur, avec son charme ailé et pur, ce gentil souvenir ».

CONTES DE NOËL

Cistus
Alice aime Laurent, l’engagé de la maison. Le père s’oppose à cette union et chasse Laurent. Les amoureux continuent de se voir en cachette et décident de s’enfuir aux États-Unis. Ils ont choisi l’heure de la messe de Minuit pour exécuter leur plan. Pendant qu’ils se préparent, un enfant frappe à la porte. Il semble avoir été malmené et ils doivent s’en occuper, si bien qu’au retour des parents, les amoureux ne sont toujours pas partis. Ils dévoilent leur secret et le père finit par accepter leur amour. Le lendemain matin, le mystérieux enfant, Cistus ou Christus, est parti sans que personne ne l’ait revu.

La messe de Florent Létourneau
Florent Létourneau n’assiste pas aux offices religieux. Pendant que les autres se rendent à la messe de minuit, il part en pleine forêt pour relever ses pièges. Une tempête survient et il se retrouve dans une mystérieuse grotte avec un Satan enfant, des animaux et deux personnages diaboliques. Il finit par perdre connaissance. Les villageois le retrouvent le lendemain. Il survivra et accomplira fidèlement ses devoirs religieux à l’avenir. Conte de Noël fantastique.

La comète
Les « Noëls faciles » est un commerce qui se charge d’organiser des Noëls clef en main. Les riches Van Dighen les ont engagés. En après-midi, ils montent les décors. À 11h30, se présentent deux hommes, l’un habillé en père Noël et l’autre, en esquimau. On déballe les cadeaux. Et tout à coup, le père Noël sort un révolver et la fête se change en hold-up. Mais nos deux voleurs ont le cœur tendre et finiront par tout rendre. La jeune fille de la maison les aide à filer.

Le Noël de Caroline
Caroline Gingue a plusieurs prétendants, mais surtout François Bénard. Il est un peu plus âgé qu’elle et l’a demandée maintes fois en mariage. Mais la belle, avec délicatesse, a toujours repoussé son offre. C’est la messe de minuit. Ils s’y rendent ensemble. À la vue de la crèche, Caroline découvre ce qu’est une famille heureuse. Surtout, le Saint-Joseph lui semble un portrait fidèle de François. « Comme ils avaient l'air tous bons, tranquilles, et heureux! C'était la vraie famille, père, mère, enfant, dans leur milieu rustique, entourés des bêtes bienfaisantes. Et les mages étaient là comme des amis venus pour passer une veillée. […] C'était pour la jeune fille comme la révélation d'une vie, la peinture de ces êtres qui se trouvaient si bien ensemble, qui témoignaient en tout s'entendre, s'entr' aider et s'aimer.
Jamais elle ne s'était figuré l'existence domestique sous ces couleurs vives et charmantes. Et toujours saint Joseph, sous les traits de François Bénard, l'obsédait doucement, la suivait des yeux, l'invitait par mille signes aperçus d'elle seule. » Au retour de la messe, sans trop y croire, il lui demande encore une fois en mariage et, oh surprise!, elle accepte.

Pour moi, ce recueil est le meilleur des années 1900-1930. Dantin n’est pas un écrivain original, mais il a de l’imagination, donc il est capable d’inventer des personnages et des histoires qui vont nous surprendre. De plus, il a un bon sens de l’observation, ce qui ajoute du pittoresque à ses histoires plus réalistes. Il est souvent à la hauteur de Maupassant sans sa vision pessimiste. Pour ce qui est des contes de Noël, ils sont très différents de ceux de Fréchette ou de Josette. Il y a beaucoup moins de féérie, mais plus d’audace : ils empruntent des éléments au merveilleux, au fantastique et au policier. « La triste histoire de Li-Hung-Fong » témoigne de son ouverture d’esprit et d’un sens critique peu banal. Ajoutez à cela une écriture fluide et vous avez un excellent recueil de nouvelles.

Aucun commentaire: