26 juin 2010

À mes enfants

Napoléon Legendre, À mes enfants, Québec, Typographie Augustin Côté, 1875, 165 pages.

Napoléon Legendre a 34 ans lorsqu’il publie ce recueil destiné à ses enfants. La plupart des textes sont d’abord parus dans le Journal de l’instruction publique où l’auteur travaillait. Legendre ne s’en cache pas : ses récits ne sont que des petites leçons de morale dont le but est de transmettre de saines valeurs aux enfants. Il me semble que la première valeur qu’il tente d’inculquer, c’est la compassion. Il insiste sur l’obligation d’aider les pauvres, les handicapés, de respecter les domestiques et les travailleurs. L’autre valeur qui ressort, c’est l'ardeur au travail : à l'école, ne réussissent que ceux qui travaillent. La vaillance est plus importante que l'intelligence. L’auteur présente les professeurs sous un jour favorable.

Plusieurs nouvelles sont composées de la même façon : un enfant présente un défaut (la vanité, la paresse, une curiosité obtuse, l’effronterie…) dont la vie va se charger de le guérir. Tous les enfants finissent par être des petits saints.

Le recueil de Legendre contient sept nouvelles et cinq poèmes.

Les vingt sous de Gabrielle
Gabrielle, six ans, a déjà vingt sous dans sa tirelire. Elle entraîne sa mère dans les magasins de jouets, désireuse de le dépenser. Voyant deux enfants pauvres devant une boulangerie, elle leur donne son argent.

Le Soir
Le soir tombe. C’est le temps de penser à Dieu, à notre « dernière heure : la mort aime la nuit ». C’est le temps de la prière : « Vous voyez près de nous rôder, dans la malice, / Le lion infernal : / Préservez-nous, Seigneur, de son noir artifice / Délivrez-nous du mal. »

Les déceptions de Jacques
Le père de Jacques est un forgeron illettré qui n’entend pas envoyer son fils à l’école. Un jour, il reçoit une lettre lui indiquant qu’un oncle lui a légué ses biens. Cette lettre, c’est son ami ferblantier qui lui a lue et le bonhomme s’est plu à en rapporter le contenu à tout le village. Et voilà que plusieurs contestent le testament! Le père de Jacques comprend que le tout ne se serait pas produit si son fils avait su lire. Il décide de l’envoyer à l’école. À 12 ans, Jacques doit apprendre son alphabet et subir les moqueries des autres. Grace au dévouement de son maître d’école, qui lui donne des leçons supplémentaires, en un rien de temps il sait lire et écrire. Ce Jacques, qui ne faisait rien de son temps, finit par se prendre au jeu. Quand son père meurt, il reprend le métier de forgeron mais n’abandonne pas pour autant la lecture et l’écriture. Il finit par devenir un notable de son village.

Les passereaux d'hiver
Contrairement aux oiseaux migrateurs, les passereaux (ils ne sont pas nommés) passent l’hiver avec nous.

Le collier bleu de Mariette
Mariette a un grand défaut : elle est entêtée. Un jour, elle fouille dans le tiroir de la commode et découvre une petite boîte qui contient un collier bleu. Elle comprend qu’il lui sera remis le jour de sa fête. Non contente de l’avoir vu, elle l’essaie et finit par le briser. Alors que tout l’accuse, elle s’entête à mentir. Le jour de sa fête, ses parents lui donnent une leçon : ils révèlent à tous les amis l’histoire du collier.

La neige
« Oh! La neige, la belle neige, / Voltigeant partout sous les cieux ». « - C’était la première bordée, / Et la neige faisait plaisir; / Depuis… vous n’avez pas d’idée, / Comme la neige fait souffrir! »

Monsieur Saint-Georges
Monsieur Saint-Georges n’a que 7 ans. Il a la fâcheuse manie de poser des questions à propos de tout et de rien. Un jour, son défaut va provoquer un drame : il interpelle un maçon qui, surpris, va chuter en bas de son échelle.

L’aveugle
« De quelque côté qu’il avance, / L’ombre impénétrable le suit; / Autour de lui, sépulcre immense, / La nuit sans fin, toujours la nuit! »

L’encan
Le ménage d’une famille de locataires, dont le père est malade, est vendu à l’encan sous leurs yeux.

La mort d’une jeune fille
« - On dit que le Seigneur appelle / Là-haut, dans sa vie éternelle, / Celui qui voit l’ange ici-bas : / Et, le soir, cette âme si pure / S’échappa dans un doux murmure, / Suivit l’ange… et ne revint pas!... »

Travail et talent
Oscar, sans ouvrir ses livres, obtient de meilleurs résultats que son ami Philippe. À force de labeur, vient un temps où Philippe éclipse son rival et ami.

Corinne
Corinne, enfant unique, est vaniteuse. Sa famille est riche. Elle méprise les domestiques. Quand elle a huit ans, on fait venir une institutrice à la maison. Corinne se promet bien de lui faire la vie dure. Mais, gagnée par la bonté de la jeune fille, elle finit par s’en faire une amie et devient une jeune fille aimable.

Lire le livre.
Extrait
« Vous soupçonnez peu, mes petits amis, - car c'est pour vous que j'écris, - vous soupçonnez peu les trésors de patience que vos maîtres dépensent pour vous, chaque année, chaque semaine, chaque jour. Vous les trouvez quelquefois sévères, ennuyeux surtout, c'est là votre grand mot. Avez-vous jamais songé que votre maître, de son côté, peut aussi vous trouver ennuyeux et maussades, que vous êtes trente ou quarante et que l'ennui se multipliant par votre nombre, peut arriver à des proportions effrayantes. Et, cependant, toute la journée, votre maître est obligé de rester avec vous, de se plier à vos différents caractères, de subir une multitude de petites taquineries que vous croyez innocentes et qui souvent lui brisent le cœur; de vous répéter tous les jours une foule de choses qu'il lui faudra vous dire encore le lendemain et les jours suivants, sans qu'il lui soit permis de laisser seulement paraître la fatigue que cela lui cause. Avez-vous jamais réfléchi qu'il est forcé de se contraindre sans cesse pour mesurer ses expressions à votre intelligence, d'expliquer les mêmes choses trois ou quatre fois à chaque section différente de ses élèves. Si vous voyiez votre maître tel qu'il est, loin de le trouver ennuyeux et de le taquiner, vous n'auriez pas assez de toutes les puissances de votre cœur, de toutes les forces de votre esprit pour l'admirer et pour l'aimer.
Vous comprendrez ces choses plus tard, mais vous ne les comprendrez parfaitement que si vous êtes appelés vous-mêmes à cette tâche honorable et difficile de l'enseignement; de même que celui-là seul qui élève une famille peut apprécier ce que, dans son jeune âge, ses parents ont fait pour lui. »
Napoléon Legendre sur Laurentiana
Le Perce-neige

Aucun commentaire: