4 mai 2018

Les armes à faim

Claude Fournier, Les armes à faim, Saint-Hyacinthe, Chez l’auteur, 1955, 44 pages.  (Page couverture : L.-H. Desjardins)

Dans le poème liminaire, intitulé « Art poétique », Fournier émet l’idée que la poésie peut servir d’exutoire : elle peut contrer le malheur en nous ouvrant à l’amour.

Dans Les arrérages de dieu, le poète narrateur  se pose en « acheteur de ce monde », mais il a tôt fait de constater que le compte n’y est pas. Comment expliquer que «  les hommes […] meurent / D’un cancer du système »  et qu’ils en sont reduits à « grignote(r] le fromage / À la trappe de l’amour ».  Les arrérages de Dieu sont en quelque sorte toutes les misères du monde : les femmes enchaînées / Entre les murs de l’âge mûr », les ouvriers mal payés, « les sucidés pendus », les exploités, les pauvres, les laissés pour compte de l’amour. 

Dans les trois poèmes qui composent Les tiges de l’amour, l’amour devient la voix vers la sagesse : il faut s’ouvrir à l’amour pour combattre la colère et la haine. « Je tiendrai ce bonheur / Que la haine a sali / Et pour lui taillerai / Dans l’ivoire de mes os / Un navire de rêve / Une mer douce de sang / Jaillira de l’amour ».

Le matin bleu partout contient deux poèmes. Dans « Maladie de ville », l’auteur aborde les deux visages de la ville, le laid et le beau. Dans « Salon intime », c’est plutôt de l’ennui des urbains, dont il est question. Heureusement que l’amour est toujours là : « Mais la ville à genoux / Fait un pas vers l’amour ».

L’impossible départ est un poème en prose d’inspiration plus surréaliste. Quant au contenu, il ajoute peu de choses à ce qui a déjà été dit. Peut-être peut-on dire que l’auteur traite le sujet sur un plan plus philosophique. On retrouve encore l’idée que l’amour peine à émerger : « L’amour par delà la mort enfoui / Vivant sous des siècles de pierre ».  Et l’amour salvateur : « Comme toute une armée tu es apparue. À tes pieds foulant la guerre, à la paix laissant un sourire d’enfant. Et je me suis épris de ta belligérance. Mes désirs ont levé le pavillon de l’attaque, les lignes ont déroulé un bruit d'océan, la mitraille retamisé les ruines. Vaincue ton sang maintenant cogne un marteau à la porte de mes tempes. Je suis tissé de toi portant comme des yeux toutes les mailles de l'amour. 

On l’aura compris, l’arme contre la faim, c’est l’amour dans toutes ses variantes, l’amour exutoire, l’amour rédempteur. Au début, le propos s’annonce plus social plus revendicatif. C’est la meilleure partie. Quant au style, on y lit de belles images qui sont le fait d’un véritable poète et d’autres qui semblent plus de nature à gonfler des idées toutes simples, tout compte fait.


Deux extraits de son autobiographie "À force de vivre"


Aucun commentaire: