12 mars 2013

Ceux du Chemin-Taché


Adrien Thério, Ceux du Chemin-Taché, Montréal, Éditions de l’Homme, 1963, 164 pages.

Thério raconte la petite histoire des habitants du Chemin-Taché, une route construite au XIXe siècle pour peupler les terres situées derrière les seigneuries qui bordaient le fleuve. Cette route devait relier le comté de Bellechasse à celui de Matépédia (voir ce site). Thério, pour sa part, est né à Saint-Modeste, une paroisse derrière Rivière-du-Loup. On peut donc supposer que c’est à un tronçon assez délimité du Chemin-Taché qu’il fait référence dans ses écrits.

Les premiers contes parlent du temps des commencements. Le milieu est hostile et le peuplement est erratique. La terre est pauvre et le climat n’est guère propice à l’agriculture. Plusieurs apprentis colons se découragent au bout de 6 mois. Dans les récits suivants, Thério nous présente une galerie de personnages, des petites gens, leurs rêves, leurs ambitions, mais surtout leurs mesquineries, pour ne pas dire leurs bêtises. Bien que personne ne soit admirable, Thério les met en scène sans méchanceté, avec une certaine tendresse même. 

Les histoires sont inégales, mais quelques-unes valent vraiment le détour, particulièrement celles du début du recueil. « La Femme qui faisait dire des messes » me semble la meilleure.

L'Enchantement 
Le peuplement s’est opéré difficilement sur le Chemin-Taché. Les colons sitôt arrivés ne pensent qu’à repartir. Les choses changent quand  Laurencin arrive. Tous les soirs, il fait chanter son violon et surtout il compose un air qui épouse si bien l’âme des habitants qu’il les réconcilie avec leur pays.

L'Étrange « Moune »
Moune est un homme instruit. Il est venu s'installer avec sa femme. Il perd l'esprit et disparaît pendant 2 ans. À son retour, le nouveau mari de sa femme doit céder sa place.

Les Billots
José Parent découvre que Conrad-à-Nizime bûche sur sa terre. Trop timide pour aller se plaindre, c’est finalement sa femme qui finit par se battre avec la voisine.

Le Voleur de poules
Pendant des années, Alexis Lechasseur vole les lièvres de Pierre Laroche. Sévérine, la femme de Pierre, a bien essayé de confondre le voleur, ce qui ne l'empêche pas d'accepter sa demande en mariage quand elle devient veuve. 

Élise
Éphrem et Élise s'aiment beaucoup. Trop, disent les voisins. Quand celle-ci perd la raison, Éphrem doit renoncer à l'épouser. Trois ans plus tard, il épouse sa jeune sœur.

La Femme qui faisait dire des messes
La fougueuse Colomba a épousé le pâle Victorin. Son mari l'ennuie et elle fait dire des messes pour que sa mort vienne l’en délivrer. Elle est exaucée. Elle épouse le fier Antonio. Il la bat, elle recommence à faire dire des messes. Elle finit par regretter Victorin.

Le Trou du Raidillon 
Avelin un vieux garçon a épousé sur le tard Amandine. Celle-ci n'aime pas l'endroit où ils habitent et fait tout pour le forcer à déménager.

Aurélien, Maximilien et la vache 
Une vache est en train de s'empiffrer dans le champ de grain vert. Aurélien, le fils, par paresse, refuse de la remettre dans son clos. La vache va en mourir.

Au fond d'une tasse de thé
Venant, l’hurluberlu du village,  mise sur le derby irlandais et gagne!

Pour la Fête-Dieu 
Angelina et Imelda ont commencé par se chicaner pour un prétendant. Mariées, elles se sont mises à compétitionner à savoir qui aurait les plus belles « toilettes » pour parader à l’église le dimanche.

La Femme aux armoires
Clothilde et Obéline sont voisines. Quand Clothilde fait une amélioration à sa maison, Obeline essaie de faire la même en plus grand. Obéline en vient à dépasser toute mesure. Elle perd la face et doit quitter le village.

Le Rêve d'Anthime 
La femme d’Anthime ne cesse s'engraisser. Anthime achète une assurance pour qu'il puisse au moins profiter de son décès. Mais sa femme, toujours plus corpulente, se porte toujours aussi bien.

Madame Philias et le premier vendredi du mois
Eudora est très pieuse. Elle a forcé son mari à faire une neuvaine. Or le neuvième jour, l'auto refuse de démarrer. Eudora  y voit un coup bas de la part du bon dieu et cesse toute pratique religieuse

Le coup de sabot
Deux cultivateurs voisins se font des procès pour des questions de clôture.

L'Arrosoir
Sous prétexte que son voisin ne lui a pas rendu l'arrosoir qu'il lui a emprunté, Boniface a dévié le ruisseau qui coulait sur sa terre et privé d'eau ses animaux. Une série de catastrophes vont découler de son geste tant et si bien que Boniface perdra sa terre. Tout ça pour un vieil arrosoir.

Sur l’œuvre de Thério

Adrien Thério sur Laurentiana
Ceux du Chemin-Taché

Aucun commentaire: