29 novembre 2019

La littérature québécoise en Russie


Alexei Nikulin, un lecteur russe intéressé par la littérature québécoise, m’a envoyé quelques couvertures de livres québécois disponibles en Russie.

Avec sa permission, je le cite et je transmets les illustrations.

« J'étudie la littérature québécoise du 20ième siècle à l'Institut de la littérature mondiale de l'Académie des sciences de Russie (Moscou). Il y a trois ans, j'ai écrit une étude sur la poésie de René Chopin (Le cœur en exil exclusivement) à la faculté des lettres. »

« J'aime la littérature française, c'est pourquoi je cherchais un sujet d'étude qui pourrait être lié à cette littérature. Mais un sujet nouveau. Et j’ai pensé quelque chose comme ça : « Oh, bien ! C'est ce dont j'ai besoin - la littérature francophone, la littérature « du vieux Québec ». Après tout, qu'est-ce que c'est l'âme de la littérature? C'est sa langue.»

« Avec plaisir je vous envoie les photos des couvertures et des premières pages de livres québécois traduits en russe. Ce sont Bonheur d’occasion de Gabrielle Roy, Salut, Galarneau ! de Jacques Godbout et Une chaîne dans le parc d’André Langevin. J’ai aussi quelques œuvres d’écrivains québécois en russe, mais tous ces textes sont contenus dans des recueils. Par exemple dans le recueil Histoire canadienne moderne (Moscou, 1985) on peut lire Poussière sur la ville de Langevin, Manuscrit de Pauline Archange de Marie-Claire Blais. »

Ci-dessous, vous verrez successivement Bonheur d'occasion, Salut Galarneau, Une chaîne dans le parc et Maria Chapdelaine.








Aucun commentaire: