9 juin 2016

Le manoir mystérieux

Frédéric Houde, Le manoir mystérieux ou Les victimes de l’ambition, Montréal, Imprimerie Bilodeau, 1913, 250 pages. (1re parution : Le Nouveau Monde, 20 octobre au 14 décembre 1880) (Préface de Casimir Hébert)

L’Histoire se passe à Louiseville (autrefois nommé Rivière-du-loup) et commence en 1743. L’intendant Hocquart a épousé en cachette Joséphine Pezard de la Touche. Il la cache dans un manoir qu’il possède à Louisville, avec l’aide de deux serviteurs : son conseiller Deschesnaux et et Tom Cambrai. Pourquoi cette prudence? Bien que rien ne soit jamais devenu officiel, il devait épouser la fille de Charles de Beauharnais (sic), le gouverneur de la colonie. Il craint que son avancement soit compromis (il veut succéder à Beauharnais) si son union est rendue publique. Au bout d’un certain temps, Madame Hocquart s’accommode assez mal de cette entente et rêve de prendre sa place sur la scène des grands. Elle est au bord de la révolte. Ce que Hocquart  sait plus ou moins, c’est que le machiavélique Deschesnaux a engagé un charlatan qui concocte des mixtures qui devraient étouffer toute volonté chez Joséphine. Pourtant, à l’aide d’un ami de son père, qu’elle n’a pas revu depu."is qu’elle est mariée,  la jeune femme réussit à fuir et à rejoindre son mari, à Trois-Rivières. Pour sauvegarder le secret, le même Deschesnaux vend à Hocquart le plan suivant : on va la présenter comme sa femme à lui. Comme ceci ne fonctionne pas vraiment, on finit par la faire passer pour folle et on la ramène dans sa prison de Louisville. Finalement, Deschesnaux, ayant convaincu Hocquart de la trahison de son épouse, met en place un plan diabolique qui provoque sa mort. Pris de remords, Hocquart tente en vain de tout arrêter.

Frédéric Houde
Selon David M. Hayne (DOLQ), le roman de Houde ne serait qu’une adaptation du roman Kenilworth (1821) de  Walter Scott et à lire le résumé de ce roman sur Wikipedia, on se dit qu’il a bien raison.

Le manoir mystérieux, c’est d’abord un roman historique : on y trouve des personnages connus (Beauharnois, Hocquart, Bégon) ou moins connu (Deschesnaux); et on fait référence à des événements réels : la Guerre de la succession d'Autriche. Hocquart apparaît comme un bien triste sire : qu’en est-il historiquement? Houde a-t-il inventé cette histoire amoureuse plutôt sordide qu’il lui attribue ?

À vrai dire, la grande histoire ne joue pas un grand rôle dans le roman de Houde. Le manoir mystérieux, c’est surtout un roman d’aventures comme il y a peu d’exemples au Québec. Les hommes sont chevaleresques ou démoniaques, les femmes sont des objets de convoitise, les manoirs cachent des passages secrets, on y joue de l’épée, des apprentis-médecins concoctent de  sombres poisons pour les ennemis… Le roman emprunte aussi l’ingrédient de maints suspenses : une jeune femme vulnérable est menacée par un homme démoniaque.

Est-ce que la recette fonctionne dans le roman de Houde? Je dirais : plutôt bien. Il suffit de remiser son sens critique et de se laisser émouvoir par cette « pauvre » - mais si joliment nommée ! - Joséphine Pezard de la Touche.

Aucun commentaire: