16 septembre 2010

Chiq’naudes

Frandero (Francis Desroches), Chiq’naudes (Gazettes rimées), Québec, Édition de la Tour de Pierre, Société des Poètes, 1924, 128 p. (Illustrations d’Henri Déro)

Les gazettes rimées de Desroches ont été écrites entre mai 1923 et avril 1924. À l’époque l’auteur travaillait dans un journal. Au début de la plupart des poèmes, en épigraphe, on trouve une manchette, probablement écrite par l’auteur lui-même à partir de l’actualité du jour.

Disons un mot des sujets de prédilection de l’auteur. Ce qui étonne, c’est le peu d’attention qu’il porte aux débats politiques provinciaux ou fédéraux. Par contre, la politique internationale semble l’intéresser : plusieurs poèmes sont consacrés aux relations entre la France, l’Angleterre et l’Allemagne, entre autres en ce qui a trait à la dette de réparation que l’Allemagne semblait peu pressée de rayer.

Desroches s’intéresse souvent à la petite nouvelle anodine, celle qui fait sourire d’avance à cause de sa bêtise : ainsi il compose une gazette rimée sur cet ingénieur qui prétendait qu’il suffirait d’ériger un barrage dans le détroit de Belle-Isle pour améliorer notre climat; ou encore sur ce prophète qui annonçait la fin du monde pour 1929…

Quelques poèmes font référence à la lutte menée contre l’alcool. D’autres poèmes ont pour thème le terroir et le patriotisme. Ainsi une gazette est consacrée aux bœufs qu’on expédie en Angleterre privés de leurs cornes, aux veaux dont la vente périclite, aux concours de labour, à la foire aux dindons gras de Baie-Saint-Paul…

Le ton de Desroches est plutôt celui de l’humour. On trouve bien ici et là une petite « pointe » lancée aux politiciens, mais rien de bien méchant.


Des compteurs s. v. p.
Voici que le gouvernement
A jugé bon dans sa sagesse
D'obliger les compteurs d'vitesse
A fonctionner diligemment...

Et désormais, à chaque mille,
Voisin d'I'aiguill’ du magnéto,
On pourra voir sur chaque auto
S'défiler le ruban docile,

Le ruban noir aux chiffres blancs
Qui vous indiqu' la vitess' faite
Et les mill's avalés d'un' traite
Malgré les pent's et les tournants…

Le mince ruban que consulte
En vous arrêtant l'officier
Qu'nos dirigeants ont préposé
A remplir cett' mission occulte

Qui consiste à pister l'chauffeur
Dont la machine trop s'emballe,
Et même à lui crever d'un' balle
Son pneu s'il fait le rouspéteur. ..

L'ruban qui vous vaut une amende,
Qui vous fait enl'ver vot' permis,
L'ruban qui marqu', toujours soumis,
La vitesse qu'on vous marchande...

Maint'nant n'reste plus qu'à placer,
Afin d'renseigner les familles,
Sur les autos d'nos joyeux drilles
Des compteurs secrets de baisers...
18-10-23
Enfin!
« Sais-tu la nouvelle?... »
Oyez, ô braves citoyens
La nouvelle sensationnelle
Qui depuis vendredi matin
Parcourt le monde à tire d'aile...

Ouvrez avec moi le journal
Et consultez toutes les pages...
Serait-ce par hasard un bal
Donné par notre aréopage?...

Est-ce du travail aux chômeurs?
Des augmentations de salaire?
Une fluctuation d'humeur
A la Bourse ou chez notre Maire?

Un impôt que le Fédéral
Biffe d'un geste dramatique?
Ou l'explosion d'un arsenal
Chez nos voisins si pacifiques?

Ou bien un sous-marin nippon
Qui pour la forme fait naufrage,
Et qui remontera du fond
Tout seul avec son équipage?

Est-ce un paiement que fait Berlin?
Le Shah de Perse qu'on détrône?
Poincaré qui montre le poing?
Est-ce une guerre? Est-ce un cyclone?

Ou bien pour assurer la Paix,
John Bull qui renforce sa flotte?
Ou quelqu'un qui dédaignerait
La culture de la carotte?...

Oh! messieurs, c'est ni plus ni moins
Une chose à tomber des nues :
Québec se résigne à la fin
A faire nettoyer ses rues!...
3-24

Aucun commentaire: